Définitions lettre J

Qu'est ce que c'est?/

Le dictionnaire de la mode

Découvrez tous les termes de la mode et de la Haute Couture, des techniques de couture, aux étoffes précieuses, des matières étonnantes à la fabrication !

Le Grand Atelier vous propose le meilleur des outils pour décrypter le domaine passionnant de la mode de A à Z !

Définitions par lettre

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

DÉFINITION J

  • Qu'est-ce qu'un JABOT?

 

Le jabot est un ornement de dentelle ou de mousseline qui s'attache après la chemise au plastron (devant la poitrine) ou qui fait partie du col de la chemise. Son nom provient du jabot, une poche formée par un renflement de l'œsophage chez certains oiseaux.

Historique:

Dans la mode, il succéda aux fraises et fut remplacé par la cravate. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, le jabot consistait en une pièce de batiste ou de dentelle cousue des deux côtés de l'ouverture de la chemise des hommes, et partiellement visible sous une veste portée par-dessus. Ce style apparut autour de 1650. Le jabot est communément vu comme faisant partie du vêtement des fonctionnaires coloniaux, mais un certain nombre de variantes (souvent fait de tissus plus ordinaires) apparurent chez les marins de l'époque. Il est aussi apparu périodiquement dans les vêtements portés par les pirates, soit en tant que trophée pris sur une victime, soit par imitation de la mode. À la fin du XIXème siècle, le jabot est plus volontiers remplacé par une bavette de batiste ou de dentelle, en ornement des vêtements féminins. Il est alors maintenu en place par une broche ou un col cousu par-dessus.

Aujourd'hui:

Le jabot a continué à être porté dans les costumes de soirée des Highlands Écossais, des années 1930 aux années 1970. Ils sont généralement portés avec des vestes à col haut ou des doublets, souvent avec des manchettes au poignet assorties, pour les deux sexes, et un tartan à carreaux posé sur l'épaule pour les filles.

Le jabot persiste actuellement en tant qu'élément de certains costumes officiels:

Les bavettes blanches des juges du Tribunal constitutionnel fédéral d'Allemagne sont officiellement décrits comme des jabots, tout comme ceux portés par les juges et les avocats des tribunaux australiens.

En France, les robes des magistrats et les robes universitaires comprennent un jabot appelé rabat. Ils sont généralement faits de coton clair, à l'exception de ceux des hauts fonctionnaires académiques, qui sont en dentelle.

Les juges de la Cour suprême des États-Unis Ruth Bader Ginsburg et Sonia Sotomayor portent souvent un jabot avec leur robe de magistrat. En Angleterre, le président de la Chambre des Communes porte un jabot avec une robe noire et or à volants de dentelle.

  • Qu'est-ce qu'un tissu JACQUARD?

 

Tissu caractérisé par de grands motifs décoratifs, géométriques et aux couleurs variées, très prisé dans la confection de gilets et de pulls élégants, pouvant se décliner dans maints assortiments de couleurs. Doit son nom à l'inventeur de la machine, Joseph-Marie Jacquard (1752 - 1834)

  • Qu'est-ce qu'un pantalon JAMBE DROITE?

 

Forme de pantalon dont la jambe n’est ni évasée ni près du corps et fuselée et dont la largeur est identique tout le long.

  • Qu'est-ce qu'un JEANS?

 

Un jeans (métonymie du tissu de jean) est un pantalon à coutures, coupé dans une toile denim, renforcé par des rivets, qui à l'origine est un vêtement de travail. Par extension, le denim est lui-même dénommé jean.

Origines:

Le tissu appelé jean est utilisé dès le XVIème siècle, par la marine génoise pour équiper ses navires de voiles ainsi que pour vêtir ses marins. La ville de Gênes est en effet réputée pour cette toile de coton et de lin, très similaire au velours côtelé. La République marchande de Gênes exporte ce tissu dans toute l'Europe, notamment en France (où il est utilisé dans les pantalons de marins mais aussi les voiles des navires ou les toiles de tentes) à Nîmes où les tisserands (telle la famille André) tentent de reproduire ce tissu, sans succès. À force d'expérimentation, ils développent au XVIIème siècle un autre tissu, une toile de laine et de soie en armure de serge qui devient connue sous le nom de denim (de Nîmes). Cette toile de ton beige, réputée pour sa résistance (elle est utilisée comme vêtement de travail des bergers et paysans cévenols), est par la suite exportée à Gênes et teintée en bleu indigo pour en faire un vêtement bon marché, résistant, moins salissant que le beige clair, facile d'entretien.

L'invention du vêtement lui-même reviendrait à une collaboration entre Levi Strauss et Jacob Davis, tailleur à Reno dans le Nevada. Le premier était en effet à la tête d'un commerce de tissu et vêtements, Levi Strauss & Co., installé sur la côte ouest américaine lors de la ruée vers l'or en 1853. Il transportait alors dans ses chariots des toiles de tente et des bâches en toile denim brune qu’il vendait aux forty-niners. Un de ses clients, Jacob Davis, lui achète ses toiles et taille dedans des pantalons de travail renforcés par des rivets en cuivre au niveau des points sensibles (poches, braguettes), parvenant ainsi à satisfaire les exigences en matière de solidité d'une cliente pour son mari bûcheron. Devant le succès de son pantalon auprès des bûcherons et des mineurs et pour éviter les contrefaçons, en 1872, il propose à Levi Strauss de partager les fruits de la commercialisation de son invention en échange du paiement de la somme nécessaire au dépôt du brevet. Jacob Davis joint à la lettre proposant l'affaire à Levi Strauss deux pantalons de sa fabrication selon ce procédé, dont l'un en denim.

Le brevet est accordé le 20 mai 1873. Jacob Davis supervise cette activité de confection de vêtement de travail au sein de l'entreprise Levi Strauss & Co. Bien qu'une partie de la production soit en d'autres tissus (coutil ou duck canvas), ce sont les modèles en denim de chez Amoskeag, notamment grâce à leur couture en double X, qui assurent une réputation de solidité de la marque dans la dernière décennie du XIXème siècle.

Ce qui garantit le succès de la collaboration Davis-Levi Strauss, c'est, outre le choix du denim (tissu exclusif à partir de 1860) et le renforcement par des rivets, le fait d'avoir privilégié le pantalon, et non, comme la concurrence, la salopette. À l'origine, le produit est désigné par son fabricant sous le terme Waist overalls par opposition aux Bib overalls, les salopettes, mais par la suite, c'est l'appellation "jeans" qui finira par s'imposer. Le mot proviendrait de la contraction de "de Gênes", déformé par la prononciation locale. Le bleu de Gênes (blu di Genova) désignait la teinture correspondant à la couleur originelle des bleus de travail rivetés en denim produits par l'entreprise Levi Strauss & Co. et les autres marques l'imitant. Le terme s'impose dans les années 1920 lorsque la marque californienne Can't Bust'Em lance un modèle dénommé Frico Jeens.

Les jeans de production Levi Strauss & Co. des premiers temps conservent les attributs caractéristiques des vêtements de travail de la marque à destination des bûcherons et chercheurs d'or:

  • coupe très large;

  • poche unique au dos;

  • martingale, une demi-ceinture placée à l'arrière resserrant la taille;

  • présence de boutons pour les bretelles;

  • surpiqûres en lin orange sur les poches arrière, pour les assortir aux rivets de cuivre (à partir de 1873)

  • poche à outil latérale sur certains modèles...

Selon certaines sources, la présence d'une poche à gousset et d'une poche arrière sur un jean aurait pour origine le fait que Jacob Davis soit d'abord un tailleur, confectionnant notamment des pantalons plus habillés. Il aurait utilisé un tel modèle pour la création de son premier pantalon de travail riveté.

Évolution et chronologie:

Les Waist overalls en denim produits par Levi Strauss & Co. connaissent rapidement un certain succès. Si les rivets constituent le plus-produit de la marque, de nombreuses firmes se développent sur le marché des vêtements de travail et concurrencent la marque californienne avec des produits en denim: Eloesser-Heynemann Co. Can't bust'em (1851, Californie), Hamilton Carhartt (1884, Michigan), OshKosh B'Gosh, (1895, Wisconsin), Brownstein, Newmark & louis Co The Stronghold (1895, Californie), Larned, Carter & Co Headlight (1897, Michigan), Neustadter Brothers Boss of The Road (avant 1877, Californie), Hudson Overall Company Blue bell, futur Wrangler (1904, Caroline du Nord).

La coupe des pantalons désignés par le terme "jeans" diffère initialement assez peu d'un fabricant à l'autre. Elle sera peu à peu modifiée en raison de l'évolution des usages et de la mode.

La forme considérée comme classique comporte cinq poches (la 5e, petite poche accolée à la poche droite, est un dérivé de la poche gousset), une braguette à boutons timbrés, des surpiqûres orange assorties au cuivre des rivets et une étiquette de faux cuir cousue à la taille. Il correspond au millésime de 1947 du 501 de Levi Strauss & Co.. L'alternative également classique est représentée par le 101Z à fermeture à glissière de la marque Lee.

À l'origine, le denim utilisé est d'un poids relativement léger: 9 puis 10 Oz (environ 300g/m²). Dans les années 1940, les jeans Lee sont faits à partir de denim de 11,5 Oz. Les jeans actuels "classiques" ont une toile de 13,5 ou 14 Oz. Certains fabricants, notamment japonais proposent des jeans fabriqués à partir d'un denim de 16, voire 22 Oz, aussi appelés "jeans brut" ou "raw".

À l'origine vêtement des travailleurs manuels américains à la fin du XIXème siècle, devenu ensuite vêtement emblématique des États-Unis, le port quotidien du jean est aujourd'hui répandu sur tous les continents et dans toutes les catégories sociales.

En Europe, où ce vêtement était beaucoup plus cher que dans son pays d'origine (prix trois à quatre fois plus élevé, en raison des taxes douanières auxquelles il était soumis), il a d'abord été populaire dans les années 1950 chez les blousons noirs, ce qui lui a donné initialement très mauvaise presse en en faisant un symbole de marginalité voire de délinquance. Au début des années 1960, son port était rigoureusement prohibé dans de nombreux lycées et collèges. Au cours de la décennie il est progressivement imposé comme tenue de loisir, d'abord chez les jeunes, jusqu'à devenir de nos jours socialement admis dans tous les milieux et dans toutes les classes d'âge.

Si l'on excepte l'attrait de son image légitimement associée à l'Amérique et à sa façon de vivre (l'American way of life), le confort et la robustesse sont probablement les atouts majeurs qui permettent au pantalon en jean de résister aux modes et bien souvent de s'y adapter.

Principales dates:

  • 1889: The Lee company voit le jour, à Salina au Kansas. L'esprit d'innovation de la société et son sens de la publicité feront de Lee cinquante ans plus tard la première entreprise dans le secteur du vêtement de travail.

  • 1912: L'entreprise Levi Strauss & Co crée la Koveralls, combinaison en denim pour les enfants, étendant pour la première fois son marché à l’ensemble des États-Unis.

  • 1918: Levi Strauss & Co crée les Freedom-Alls, vêtements de travail et de loisirs pour les femmes.

  • 1922: Les passants au niveau de la ceinture apparaissent en plus des bretelles qui disparaissent progressivement.

  • 1929: Le jean, peu cher, est adopté par les paysans et les travailleurs citadins lors de la Grande Dépression.

  • 1930: Levi Strauss & Co utilise l'emblème mythique du cow-boy portant un jean dans la publicité14.

  • 1935: Le jean est désormais un pantalon qui devient à la mode, comme en atteste la couverture du magazine Vogue le 15 mai "(illustration de deux femmes portant des Levi's, avec le slogan "True Western chic was invented by cowboys").

  • 1945: à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, les magasins de surplus américains écoulent leurs stocks de jeans dans toute l’Europe où ils s'imposent progressivement grâce à la publicité et leur placement dans des films américains.

  • 1950: le jean symbolise la révolte de la jeune génération. On l'associe au blouson noir et à la Harley, c'est le phénomène "adolescent" et il sera même interdit dans les écoles aux États-Unis. Il est porté par James Dean et Marlon Brando.

  • 1960: Jusque dans les années 1960, le modèle des jeans n'évolue pas. C'est le mouvement hippies qui lancera les premières évolutions: variation de couleurs, de forme, de coupe, broderie, ornementations, rapiècement, effrangée, etc.

  • 1970: code vestimentaire et symbole de la génération hippie, le jean patte d'éléphant. Pendant les années 1960-1970, les années hippies, le jean se transforme de plus en plus. On le personnalise, on le peint, on le brode, on coud des coquillages et bien d’autres choses dessus; y est mit des strass, des bijoux, des fleurs, des motifs "peace and love". Le bas de la jambe s’allonge: c’est la naissance des "pattes d’eph", de pattes d'éléphant, qui reviendront plusieurs fois à la mode plus tard. Chacun a son propre jean personnalisé.

  • 1972: les jeans C17 sont créés par André Desseilles, à Castelnaudary, dans l'Aude. C17 mettra 15 ans pour devenir le deuxième distributeur de jeans en Europe, derrière Levi's, puisque la marque diffusera jusqu'à 3 millions d'articles par an. À cette époque, le groupe C17 dans son ensemble atteindra 700 millions de francs de chiffre d'affaires.

  • 1973: la France entre dans la crise, avec le choc pétrolier. Le jean s'impose comme un bien de très grande consommation. Le marché se développe de façon exponentielle jusqu'au début des années 1980. À New York, le musée d'art contemporain expose pendant deux mois une sélection de jeans décorés et attire 10 000 visiteurs.

  • 1978: apparition du stone-washed, un traitement qui consiste à bombarder le tissu de petites pierres ponces.

  • 1981: Le marché français plafonne, avec 40 millions de pièces vendues par an, denim, toile et velours confondus.

  • 1984/85: Le jean recule, au profit des slacks, les pantalons de toile plus légers et plus habillés. L'effondrement du jean est un tel phénomène que les médias s'en emparent.

  • 1986: Le jean revient peu à peu sur le devant de la scène.

  • 1990: Apparition du "surteint" qui renouvelle le jean et le remet au goût du jour.

  • 1994: L'énorme vague du Lycra submerge le jean. Le cinq poches "élastis" connaît un très gros succès, surtout auprès des femmes. Ce sont elles, d'ailleurs qui dynamisent le marché.

  • 1996: Pour la première fois en France, les femmes achètent sensiblement autant de jeans que les hommes.

  • 1997: Le grand retour du jean brut (souvent appelé par son terme anglais de "raw").

  • 2006: Dans les sociétés occidentales, la mode du jean slim apparue alors dans les années 1970-1980 avec le punk est de retour et concerne autant les femmes que les hommes. Le jean slim, également appelé skinny, est moulé sur toute sa longueur; il fait alors office de "seconde peau" (skin en anglais, signifie "peau").

  • 2008: Le jean n'est plus seulement un vêtement utilitaire depuis de nombreuses décennies, mais un signe identitaire d'appartenance, cette appartenance s'affirme souvent par la forme (le slim, le boot cut, le relax, le regular, etc.) ou par la marque (Levi's, Diesel, Ateliers de Nîmes, Notify, Acquaverde, Pepe jeans, Lui Jo, etc.).

Tons:

  • Acid washed, le tissu est d'une couleur unie avec des taches réparties, semblables à un passage sous javel;

  • Black, le fil indigo est remplacé par un fil noir;

  • Bleached, blanchi avec des agents de blanchiment;

  • Brut, à l'état naturel tel que sortant de la chaîne de fabrication;

  • Stone washed, délavage avec des pierres ponces, mise au point dans les années 1980;

  • Stone bleached, délavage avec des pierres ponces et enzymes de blanchiment;

  • Surteint, originellement jean bleu teint en noir, se pratique désormais avec pratiquement toutes les couleurs en surteinte;

  • Used, jean vieilli par sablage (technique désormais interdite).

Mode de production:

En 2019, l'animateur Jamy Gourmaud estime que les différents matériaux qui constituent le jean vendu en France, parcourent environ 65 000 kilomètres entre les différentes étapes de la production, pour une consommation de 11 000 litres d'eau.

Des modes de production plus respectueux de l'environnement existent néanmoins:

  • Bio, jean en coton biologique.

  • Éthique, jean fabriqué selon les normes du commerce équitable.

Coupes:

  • "Regular", appelé aussi "droit": il a la même largeur de la cuisse à la cheville. Unisexe.

  • "Slim" appelé aussi "cigarette" (ou 'mince' en anglais): il est ajusté aux cuisses et serré aux genoux et aux chevilles. Très populaire dans les années 2010, particulièrement auprès des femmes et encore plus des adolescentes.

  • "Skinny" ('mince, maigre' en anglais): un peu comme le slim, il est serré aux cuisses, lui aussi, aux genoux et très serré aux chevilles.

  • "Flare", surnommé "patte d'eph'": droit ou large aux cuisses et très large et évasé aux chevilles. Il était très populaire dans les années 1960, à l'époque des hippies.

  • "Bootcut": plus féminin que le flare, il est serré aux cuisses et un peu évasé aux chevilles. Il est fait pour être porté avec des bottes (boots = 'bottes' en anglais), ce qui en fait une coupe féminine.

  • "Boyfriend": coupe masculine mais porté par des femmes (boyfriend = 'petit ami' en anglais), il est plutôt large des cuisses aux chevilles, très souvent usé, déchiré et délavé. Il se porte en général roulotté (ourlets) pour le raccourcir et montrer la cheville.

  • "Baggy": à taille basse, le plus souvent réalisé en coupe droite au confort très large des hanches jusqu'au bas de pantalon. Cette coupe serait née dans les prisons américaines où les détenus portaient les mêmes tenues rayées que les victimes des camps de concentration. Les autorités carcérales décident alors après la Seconde Guerre mondiale de changer leurs pantalons rayés pour des jeans larges et sans ceinture.

  • Taille haute: plus ou moins au niveau du nombril

  • Taille moyenne: juste au-dessus des hanches

  • Taille basse: juste en dessous des hanches

  • Qu'est-ce qu'une broderie JAPONAISE?

 

Broderie réalisée avec du fil de soie et de métal.

  • Qu'est-ce qu'une JAQUETTE?

 

La jaquette peut désigner :

  1. Vêtement d'homme descendant jusqu'aux genoux et serré à la taille par une ceinture, qui était porté par les paysans et les hommes du peuple au Moyen Âge.

  2. Vêtement d'homme, ajusté à la taille, à longs pans arrondis ouverts sur le devant (ce qui le différencie de la redingote), qui ne se porte plus actuellement que dans les cérémonies officielles et certaines manifestations mondaines (par exemple les mariages dans la haute société). Cette veste longue (comme une queue-de-pie, mais à l'extrémité arrondie) se porte avec un pantalon assorti ou non, un gilet et une cravate. Son équivalent (style formel) pour la soirée est la queue-de-pie.

  3. Veste de femme ajustée à la taille et pourvue de basques plus ou moins longues, qui fait généralement partie d'un costume tailleur.

  • Qu'est-ce qu'un tissu JASPÉ?

 

Étoffe présentant un aspect veiné rappelant l'aspect de la roche.

  • Qu'est-ce qu'un JEGGINGS?

 

Terme obtenu par contraction des termes jeans et leggings. Désigne un pantalon très moulant de type legging confectionné dans un tissu qui a l’apparence du jean et reprenant même parfois, cousus ou imprimés, les détails de ce dernier : poches, boutons, fermetures, coutures...

  • Qu'est-ce que le JERSEY?

 

Tissu à maille, finement tissé, confectionné à l'origine en laine, aujourd'hui en coton ou en fibres synthétiques. Souple et élastique, il est très prisé pour la confection des sous-vêtements, de pulls fluides...

  • Qu'est-ce que le JOAILLERIE?

 

Art qui consiste en la fabrication de bijoux de luxe en pierres précieuses, en perles, en ornements raffinés, créant des parures magnifiques.

  • Qu'est-ce qu'un pantalon JODHPUR?

 

Emprunté au monde de l’équitation, le jodhpur est le pantalon des cavaliers, fabriqué dans un tissu épais, il est assez près du corps sur les hanches, les fesses puis devient plus évasé sur les cuisses et à nouveau ajusté à partir des genoux pour se glisser à merveille dans des bottes. Il a depuis été revisité par la couture et le prêt à porter et offre une tenue confortable et classique féminine.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE?

 

La jupe (de l'arabe joubba pour long vêtement de laine) est un vêtement fixé au niveau des hanches ou de la taille pour couvrir tout ou une partie du bas du corps sans division pour chaque jambe et sans qu'en principe les bords inférieurs soient refermés.

Selon les cultures, la jupe est portée préférentiellement par les hommes (kilt, sapeta, sarong, etc.) ou par les femmes (sari, etc).

Depuis 1672, le terme désigne en Europe un vêtement presque exclusivement féminin.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE À VOLANTS?

 

Jupe à étages comportant une belle quantité de panneaux cousus les uns en dessous des autres, pour donner un effet ample et bohémien, de couleur unie ou imprimée, assez longue.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE BALLON?

 

Jupe assez courte dont l’ourlet est dissimulé à l’intérieur, en remontant, créant un effet de volume à la manière d’un ballon, particulièrement couru par les pom pom girls et les jeunes filles en fleur.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE CRAYON?

 

Jupe droite, moulante, mais pas trop, qui s’arrête aux genoux, fendue sur l’arrière, classique et classieuse qui peut se porter avec un chemisier et une veste pour parfaire son élégance.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE-CULOTTE?

 

Comme son nom l’indique, désigne une jupe qui combine les caractéristiques d’une jupe assez courte et celles d’un short, pour une allure féminine, mais décontractée et pratique.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE D'ÉCOLIÈRE?

 

Jupe classique de lycéenne revisitée parfois de manière sexy et dont la longueur varie, mais n’excède jamais le dessus des genoux, finement plissée, le plus souvent bleu marine.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE DROITE?

 

Jupe qui descend de manière droite et moulante sur les genoux, un peu comme la jupe crayon, mais plus près du corps, ouverte sur l’arrière pour faciliter la marche.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE PAYSANNE?

 

Longue jupe aux multiples variantes de tissus, d’imprimés, de coloris, qui a la particularité de donner un style bohémien, surtout agrémentée d’ornements de type perles, franges. Elle descend jusqu’à la cheville, la plupart du temps en soie ou en coton.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE TRAPÈZE?

 

Jupe serrée à la taille qui descend jusqu’en dessous des genoux en diagonale dans la forme d’un A majuscule, élégante portée avec un chemisier cintrée.

  • Qu'est-ce qu'une JUPETTE DE TENNIS?

 

Petite jupe détournée du monde du tennis pour descendre dans la rue, courte et à nombreux plis, le plus souvent blanche, à ne pas confondre avec la jupe d’écolière un peu plus longue et foncée.

  • Qu'est-ce qu'une JUPE TULIPE?

 

Jupe de taille assez haute, presque sous la poitrine, s’arrêtant au genou avec un ourlet cousu en dedans pour donner un effet boule et bouffant, à porter avec un top cintré.

  • Qu'est-ce qu'un JUPON?

 

Emprunté à la lingerie, le jupon servait auparavant à doubler les robes transparentes. Aujourd'hui, dans des matières à peine moins légères, il se porte seul, assez long et fluide, dans des tons pastel à blanc.

  • Qu'est-ce qu'un JUSTAUCORPS?

 

Un justaucorps, ou léotard, est un maillot moulant pour la danse ou la gymnastique permettant de s'assurer que les mouvements sont correctement réalisés (port de bras, placement du dos), qui peut être de différentes couleurs et qui permet à la personne qui le porte d'effectuer des mouvements précis et gracieux. Ce vêtement a été inventé par le trapéziste Jules Léotard, au milieu du XIXème siècle.

Le justaucorps désigne également un manteau d'homme, qui descendait au niveau des genoux, porté aux XVIIème et XVIIIème siècles.

Chez les hommes:

On parlera plutôt de léotard que de justaucorps chez les hommes. De forme simple et sobre, ils sont découpés comme un marcel au niveau de la poitrine et du buste, et comme un slip au niveau de l'aine et des fesses. En compétition, les gymnastes portent un short par-dessus leur léotard pour le saut et l'exercice au sol, et un sokol pour la barre fixe, les barres parallèles, les anneaux et le cheval d'arçons.

Chez les femmes:

L'usage des justaucorps en gymnastique artistique féminine date des années 1950. Au XIXème siècle, les gymnastes portaient des jupes longues, remplacées par des jupes-culottes à la fin du siècle, et ce jusqu'au début du XXème siècle. Dans les années 1920, les gymnastes portent des jupettes, jusqu'à l'arrivée des shorts, dans les années 1930.

Les justaucorps sont dessinés avant tout pour aller de pair avec les mouvements des gymnastes. Cependant, l'esthétique est aussi important en termes de présentation générale. Les justaucorps des femmes sont généralement beaucoup plus décoratifs que ceux portés par les hommes. Ils peuvent être très colorés et comporter paillettes, arabesques, motifs et autres ornements. La fermeture dans le dos peut aussi différer selon les modèles. Ils peuvent être avec ou sans manches, bien que la plupart des gymnastes préfèrent les manches longues, car elles permettent de garder les muscles des bras chauds et détendus entre les passages aux agrès. L'apparence confiée au justaucorps permet de donner une touche personnelle à l'exercice, surtout dans les routines les plus expressives et artistiques.

  • Qu'est-ce que le JUTE?

 

Grosse toile, épaisse, solide, surtout destinée à fabriquer des sacs, des équipements de l’armée, mais utilisée parfois en couture ou prêt-à-porter en petite touche, pour donner un effet rustique aux modèles.

dictionnaire de la mode, lexique de la mode, vocabulaire mode, dictionnaire des textiles, lexique textile, vocabulaire mode textile, dictionnaire du luxe, jargon de la mode, lexique de la haute couture, la mode définition, mots associés au luxe

TAILLEUR - COUTURIER - STYLISTE

Art of Tailoring

LE GRAND ATELIER

Logo GA.png